Violée par mon ami et ses copains

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Blonde

Violée par mon ami et ses copainsJe rentre à pieds de mon travail de secrétaire car j’ai un peu bu pour fêter les bons résultats de l’année. Comme la plupart du temps je porte une petite tenue sexy car mon nouvel ami tient que je sois féminine. Surtout que j’ai prévu d’aller chez lui. En ouvrant ma boite au lettre j’y découvre un petit carton. Arrivée dans son appartement, je l’ouvre et voit des vêtements et un petit mot : « Voici la robe et des sous-vêtements dans lesquels j’aimerai te voir ce soir. Rendez-vous au chez moi à 21h00. Ton amant ».Je vais donc dans sa salle de bain me maquiller et me changer. Je me retrouve vêtue d’une mini jupe noire fendue sur le coté, un haut rouge totalement transparent. Et évidement des bas, un porte-jarretelles et un soutien-gorge balconnet. Habillée ainsi je suis hyper sexy. Je mets mes escarpins rouges à talons aiguilles, un imperméable rouge fermé et je m’apprêtes à partir. Mais le téléphone sonne, c’est mon ami :_ Viens me rejoindre au bar cocktail, on ira chez moi après, je suis avec des amis !_ Si tu veux mais … Je porte ce que tu m’as offert…_ Raison de plus, allez arrives ! Et il raccroche.Dans le bar, je le trouve dans un coin derrière un paravent en compagnie de deux hommes d’au moins soixante-cinq ans. Je remarque tout de suite qu’ils ont un peu bu. Un cocktail m’attend déjà sur la table ronde en face de mon ami. Daniel, mon ami, fait les présentations._ Allez, bois vite, j’ai commandé une bouteille de champagne.A peine mon verre avalé que, déjà, une coupe de champagne est devant moi._ Tu n’as pas chaud, enlève ton impert. Aller santé.J’attends de finir mon verre pour me mettre à l’aise. Mais déjà il me relance pour l’impert tout en me réservant une coupe. Je l’enlève donc.Les deux hommes ouvrent de grands yeux me voyant dans cette tenue. Leur regard s’est fixé sur ma poitrine cachée seulement du haut transparent rouge et du petit soutien-gorge noir extrêmement balconnet. _ Allez, avale ton verre que je te le remplisse. Tu as vu tu fais de l’effet à mes potes. Ils te déshabillent du regard !_ Ca me gène qu’ils me matent comme ça, je vais remettre mon impert. Je lui réponds.Je sens l’alcool qui commence à me faire de l’effet et je commence à comprendre qu’ils veulent me saouler. Mais il est un peu tard, j’ai déjà bu au moins six verres depuis le milieu de l’après-midi. Il faut que je reste vigilante !_ Vous avez vu, elle sait se mettre en valeur ma nouvelle copine ! Pour 45 ans, elle bien foutue !_ Vous pouvez vous permettre de vous habiller ainsi, avec corps que vous avez. Vous êtes très belle, Muriel. Me dit un de ses amis._ Merci._ Et le bas vous portez quoi ? Faites nous rêver !Daniel répond immédiatement :_ Elle porte des bas et un porte-jarretelles. Vous voulez voir ?Les deux hommes rapprochent leur chaise de moi. Daniel, lui, m’écarte doucement les cuisses avec un pied et me caresse mon entrecuisse._ C’est osé de sortir comme ça toute seule dans les rues la nuit. Vous n’avez pas peur de vous faire violer ? Vous êtes une belle allumeuse !Etant de plus en plus saoule, je ne remarque pas que j’ai beau boire, mon verre et toujours plein._ Ce n’était pas prévu que je passe ici._ Enfin, tu t’es vite montré comme ça ! Oui ou non ?_ Euh, oui.Daniel accélère le mouvement de son pied ce qui m’excite au plus au point.Les deux vieux ont, maintenant, collé leur chaise à la mienne. Ils me font passer les bras délicatement derrière mon dossier pour me les bloquer. _ Qu’est-ce que vous faites ?_ Simple précaution, mais comme t’es un belle petite salope tu va te laisser faire, hein ?Ils sortent, sans difficulté, mes tétons du soutien-gorge et les triturent sur mon haut transparent._ Non, arrêtez, laiss… Ai-je tenté de dire avant qu’une langue pénètre ma bouche et me roule de longues pelles._ Ca te plait comme situation, ma petite cochonne. Allez je prends quelques photos souvenir.J’ai juste le temps de dire non que déjà l’autre langue se fourre dans ma bouche. Sous l’emprise de l’alcool je subis avec une certaine jouissance._ Allez on va chez toi Daniel, je pense qu’elle est prête pour qu’on la tringle cette allumeuse. T’es prête Muriel ?_ Si vous voulez. Je lui réponds d’une voix hésitante ?_ Tu mouilles et t’as les tétons en feu. T’es prête à te faire défoncer ma belle !Ils se lèvent tous les trois et m’aident à marcher une fois l’impert remit mais ouvert. Daniel n’habitent pas loin du bar alors nous y allons à pied. Arrivés dans la maison, nous nous asseyons dans le canapé. Il met un film x à la télé. Un des vieux se met derrière le canapé, et s’occupe de mes seins. Il glisse ses mains sous mon haut. Ensuite m’ôtent mon haut et ma jupe puis m’attachent sur une chaise, les bras dans dos pour faire ressortir la poitrine au maximum et les jambes écartées. Ca sonne à la porte et deux autres hommes rentrent._ Vous avez commencé sans nous. C’est une belle femme que vous avez ramenée !Ils m’avaient titillée toute güvenilir canlı bahis siteleri la soirée et avec l’alcool je me laissais faire mais maintenant l’effet s’estompe et je reprends mes esprits. Mais il est trop tard !Une langue a trouvé mon clitoris et joue avec, mes seins sont torturés et tétés. Je cherche les deux autres hommes, je ne tarde pas à les trouver. Ils me tirent les cheveux en arrière pour que j’aie la bouche à la hauteur de leur sexe. Ils la forcent, au début avec une bite, puis rapidement avec deux.Au bout d’une bonne demi-heure, ils me laissent pour boire un coup._ Détachés moi, je ferai ce que vous voulez !_ Mais tu va faire ce qu’on veut !_ Lâchez moi. Je commence à crier.Je me retrouve vite avec une sorte de poire d’étouffement dans la bouche._ On te détache, mais on te rattache. Ah, ah, ah.Ils me ligotent les bras très haut dans le dos, me calle sur le canapé et deux hommes m’écartent les jambes à 180 degrés. Mes lèvres s’écartent et le plus vieux me broute carrément la chatte en m’enfonçant un doigt dans l’anus. Mes tétons sont toujours martyrisés. Ensuite ils décident de me mettre debout et avec mes escarpins je suis à leur hauteur pour me pénétrer par devant et par derrière. Je vois Daniel faire quelques photos et quelques petits films avec son téléphone.Je subis le calvaire le temps qu’ils me passent tous par les deux trous en prenant soin de gicler à l’intérieur de mon cul._ Ca ta plut ? Me demande un vieux en me pinçant un téton jusqu’à temps que je fasse un signe positif avec la tête.Puis tous les amis de Daniel partent alors il me libère et me tend mes vêtements._ T’as bien fait de venir, hein ma petite Muriel. Vas te laver. Ce que je fais au plus profond de moi. Je remets ma jupe et mon haut rouge transparent._ Tu reste dormir, il est deux du matin ?_ Hors de question et c’est la dernière fois que tu me vois !_ Je ne crois pas, n’oublis pas que j’ai des photos et des films de tes exploits…. T’es quand même une belle allumeuse._ Toi t’es un beau salop !Je mets mon impert et je claque la porte.Le lendemain, lorsque je reviens du travail, je passe chercher mon petit frère Fabrice de quinze ans chez mes parents. Il viens m’aider à monter un meuble et va rester la semaine chez moi car il est seul.Je n’ai pas besoin de descendre de la voiture qu’il arrive avec un sac avec ses affaires.Il monte, me fais la bise, et devient tout blanc en me voyant. Il faut dire qu’il me déshabille du regard, comme très souvent, d’autant plus qu’aujourd’hui je porte ma petite robe blanche à larges bretelles et profond décolleté surtout avec mon 90C. Dans mes pieds, des sandales noires très fines à talon de dix centimètres.Je la rajuste car elle montée vraiment trop haut sur mes cuisses même si je trouve ça amusant de voir mon petit frère tout émoustillé. Arrivés chez moi, je demande à mon petit frère de prendre mon courrier car j’ai les deux mains prises par les courses. Mon voisin arrive et prend son courrier aussi._ Bonjour, Madame._ Bonjour Monsieur.Ensuite, pour monter dans mon appartement, ils me font passer la première et les deux me suivent de près, même de très près. Mais la longueur de ma robe leur empêche de voir ma petite culotte. Une fois devant ma porte, je vois les deux regardant de grandes photos. _ Qu’est-ce qu’il y a de si intéressant ?_ Toi !_ Vous ! Répondent-ils en cœur.Ce sont des photos de moi de la veille où plusieurs hommes s’occupent de moi._ Donnez-moi ça !Je prends les photos et nous rentrons chez moi._ J’avais beaucoup trop bu et ils profités de moi ! _ T’avais pas l’air d’être contre._ Tu sais, je bois trois verres et je suis pompette alors là j’en avais bu au moins sept ou huit !Je mets les photos dans la commode de ma chambre et viens m’asseoir en face de mon frère._ Tu ne parleras à personne des photos ! Je te fais confiance !_ En échange je peux te prendre en photo, je dis à mes copains que j’ai une sœur super canon et ils ne t’ont jamais vu ! _ Si tu me promets de n’en parler à personne. Promis ?_ Promis ! Euh, sinon le voisin à pris une clef usb qui été avec les photos !_ Le salaud, ça ne me surprend pas de lui. J’irai la chercher plus tard. Il attend qu’une chose, c’est couché avec moi !Mon frère sort son téléphone et prend plein de photos de moi. Je le vois tout énervé. Tout doucement ça m’excite me sachant désirée ainsi. Je m’amuse à croiser et décroiser les jambes, me baisser mon bien accentuer mon décolleté à la limite des mamelons._ Tu veux boire quelque chose ? Je lui demande._ Oui, j’ai amené deux bouteilles d’épine, t’en veux ?_ Ben, j’ai pas mal picolé y hier, alors je ne sais pas !_ Allez, je ne l’ai pas amené pour rien !_ Ok.Je me lève pour aller chercher des verres, en me dandinant. Je me fais encore avoir en buvant au moins une demi bouteille d’épine. L’alcool me fait rapidement de l’effet, elle me désinhibe et un rien m’excite._ On va à la piscine, il fait beau et c’est güvenilir illegal bahis siteleri juste à coté. On pourra se faire bronzer sur l’herbe. Ca te dit ? Me dit mon frère._ Pourquoi pas ! Je vais préparer mes affaires et toi ?_ J’ai tout dans un sac à dos.Dix minutes plus tard nous voila partis à pieds car c’est à dix minutes.Arrivés à la piscine, nous prenons un cassier pour deux._ On se met sur l’herbe directement. Proposai-je._ Oui, si tu veux.Nous nous plaçons derrière un bosquet à coté de la haie._ On se met là, on sera plus tranquille. Il n y aura pas de ballons qui volent.On va se baigner une bonne demi-heure avant de s’étendre au soleil. Mon petit frère s’en va et revient avec un double morito._ Tiens, c’est pour toi. J’ai pris un coca pour moi !_ Merci, mais fallez pas. Après l’avoir bu, je m’allonge sur le dos. Mon frère ne me quitte pas du regard, il est allongé sur le ventre et ne bouge pas. Je pense qu’il en érection.Une fois que je sens que ça chauffe, je me retourne sur le ventre. Je m’assoupie. _ Tu veux que je te mettes de la crème solaire dans le dos. Me demande mon frère._ Si tu veux. Je lui réponds à moitié endormie.Il me met de la crème sur le haut des cuisses et dans le dos. Il me masse les cuisses jusqu’au maillot. Je sens qu’il dénoue le haut de mon maillot de bain._ Qu’est-ce que tu fais ?_ Je t’en mets sur tout le dos pour éviter les marques de maillot._ Ah, ok.Et je me laisse faire car c’est agréable de se faire masser.Tout doucement je sens qu’il s’approche de plus en plus de mes tétons. Je ne bouge pas, je fais semblant de dormir. Soudain il m’att**** les tétons et me les vrille délicatement entre l’index et le pouce. L’épine et les moritos faisant leur effet, je me laisse tripoter par mon petit frère. J’ai les mamelons en feu et je commence à mouiller. Je sens que je vais jouir si je ne lui dis pas d’arrêter alors je me retourne lentement sur le dos pour lui faire comprendre que je suis réveillé._ Merci pour la crème.Je reste une dizaine de minutes les seins à l’air avant de dire :_ Il est dix-neuf heures, on va rentrer à l’appartement._ Ok, on y va.Nous retournons au vestiaire où nous prenons une douche avant de s’habiller et de rentrer chez moi._ Ca te dit, on mange et on va au cinéma !_ Si tu veux Muriel.Après un petit apero, nous mangeons des pâtes. Je pars me changer car j’ai mis de la sauce tomate sur ma robe.Je commence par mettre un jeans et un tee-shirt, mais je change d’avis pour mettre une petite robe d’été blanche qui m’arrive en haut des cuisses à bretelles et zippée sur le haut. Je mets mes escarpins blancs à haut talon et nous partons.Au cinéma, la séance que l’on veut voir est dans deux heures alors mon frère me propose de prendre un cocktail dans le bar juste à coté pour patienter. J’accepte car on a que ça à faire.Puis nous retournons au cinéma voir le film._ Je, je crois que j’ai beaucoup trop bu. C’était très alcoolisé ce cocktail ! J’ai la tête qui tourne._ On va quand même au cinéma, je veux voir le film !_ Si tu veux mais tiens moi par le bras ! Je sens que je peux tomber.Il me prend même par les hanches malgré qu’il fasse une tête de moins que moi avec mes talons et nous nous dépêchons pour ne pas être en retard ce coup ci.Le film commence, mon petit frère est à droite de moi et à gauche se trouve un homme d’une soixantaine d’années minimum. A la moitié du film, je sens mon frère se coller à moi et poser une main sur ma cuisse et la caresser._ T’as les jambes toutes lisses, et elles sont fermes !_ Je me suis épilé hier, c’est pour ça. Et je peux mettre des petites robes d’été._ Je te trouve hyper canon. Me dit-il en remontant sa main sous ma robe jusqu’à ma petite culotte._ Non enlèves ta main, tu peux me mater mais pas toucher.J’ai la force de lui répondre. Mais je suis encore bien sous l’emprise de l’alcool. Je suis contente qu’il enlève sa main car le vieux nous regarde. Mais maintenant je la sens qui titille mon sein gauche._ Là tu ne peux rien dire, je n’en fais pas plus que tout à l’heure à la piscine._ J’ai, j’ai, j’ai trop bu.Il le sait et il en profite. Je ne sais pas dire non quand j’ai picollé et le moindre petit compliment ou le moindre regard insistant sous ma jupe ou dans mon décolleté m’excitent au plus haut point. Alors, en le laissant me caressant mon téton sur la robe, je fais semblant de regarder le film._ T’as vu, comment il te matte ton voisin de siège. Il est jaloux.Je sens maintenant une deuxième main me caresser l’autre sein. Le vieux s’y est mit. Ils me descendent le zip de ma robe, sortent sans difficulté ma poitrine aux tétons en feu et me la malaxe._ Tout le monde va nous voir ! Il ne faut pas. Leur dis-je en me laissant faire avec un certain plaisir d’humiliation._ Vous etes très belle, madame, avec des nichons fantastiques. Je vous invite après le film ?_ Ca ne va pas être possible !Ils veulent glisser leurs mains sous ma jupe mais güvenilir bahis şirketleri je leurs en empêche. Sinon j’aurai joui instantanément et je ne veux pas. Heureusement le générique est déjà sur l’écran. Je me rajuste, je me lève et je pars avant que le vieux ai le temps de me voir en pleine lumière. Mon frère me suit et nous rentrons vite chez moi. _ Je vais me coucher je suis fatigué. A demain._ Bon, ben, à demain. Me répond-il, un peu déçu de la fin de soirée.Un fois seule dans mon lit, je me caresse en repensant au regard sur mon corps et je m’endorme tranquillement. Le lendemain, je me réveille. Je mets tout de suite un jeans et un sweet. Chacun vit sa vie aujourd’hui car mon frère ne dort pas chez moi ce soir. Il dort encore d’ailleurs !Je vais faire quelques courses et, en rentrant, je croise le facteur._ Bonjour madame, encore un colis pour vous ! Bonne journée.Je monte l’ouvrir chez moi et là stupeur. Des photos de moi d’hier où on voit bien que mon frère me tripote à la piscine et d’autres plus sombre où, seins à l’air, au cinéma je me fais peloter. Les photos sont accompagnées d’une lettre.« Coucou Muriel, Je pense que ce soir, 19h00, à l’angle de la rue Chauvin, on va se retrouver pour passer la soirée ensemble. Je t’ai trouvé une petite tenue sexy. Si je ne te vois pas, les clichés et le film se retrouveront sur internet et dans certaine boites aux lettre. A ce soir. Et mets toi en valeur ! « _ Le salaud, j’ai pas le choix !Je m’habille donc avec la tenue choisie et me maquille en conséquence. A 19h00 je pars à pieds avec une robe gris clair fermé avec des boutons qui m’arrive en haut des cuisses, porte-jarretelles et tout l’ensemble qui va avec. Je suis perché sur des escarpins à talons hauts. Je fais assez BCBG coté très sexy.Mon téléphone sonne, c’est Daniel._ C’est bien, t’es habillée comme prévu. Tu sais que tu es sexy, les regards des hommes te plaisent, hein ?_ Oui, oui, t’es où ?_ A coté, pas loin, t’inquiète pas je te filme. Allez, fais le tour de la place et reste au téléphone !Ce que je fais, soumise._ Maintenant fais tomber ton sac et ramasse le, devant le le petit vieux devant toi.Je l’écoute, le fais tomber, m’accroupie devant le gars, ouvrant ainsi la robe, dévoilant le soutien-gorge et la petite culotte noire transparente sous laquelle on voit ma toison brune. Il ne loupe rien de la vue. Une fois qu’il en a bien profité, je me relève et rajuste ma robe._ Et ensuite, t’es où ?_ Tu le suis dans la petite ruelle et tu l’embrasses !_ Non, mais ça va pas ! non !_ N’oublie pas les photos…_ C’est bon. J’y vais.Une fois dans la ruelle, le vieux me colle sous un portail où personne ne peux nous voir et m’embrasse goulûment pendant deux trois minutes. _ Suis moi. Me dit-il juste après.Il ouvre la porte derrière nous et nous descendons dans une cave au troisième sous sol. Là, Daniel et trois hommes nous attendent. La pièce comporte un grand lit, un bar, un canapé et des objets divers. _ Tu vas me rendre toutes les photos et je m’en vais._ Ola, ola, ne t’emballes pas. Si tu es sage, peut-être. Elle te plait ta tenue. T’iras travailler avec lundi sinon photos ! D’accord ?_ Oui d’accord. Je peux partir ?_ Attends. Mets toi dans le coin.Dans le coin, je me retrouve face à deux spots et deux caméras qui tournent._ Allez, ouvres ta robe, mes copains commencent à s’impatienter.Alors tout doucement, bouton par bouton, je suis en sous-vêtement, robe ouverte._ Caresses toi les tétons. Je crois que tu aimes ça.Sur le soutien-gorge transparent je me pince délicatement et rapidement les tétons gonflent._ Alors, Daniel, ça te plais de me voir en train de me peloter devant tes amis. T’aimes quand je suis ton objet. Mais tu n’auras pas la chance de me faire jouir. Je ne t’aime plus._ C’est ce qu’on va voir. Allez y, faire vous plaisir. Ah, un autre détail, si tu cris, les photos !Je me retrouve vite attachée, poignés et chevilles à des cordes accrochées au plafond et au sol. Ainsi écartelée je ne plus bouger. Ils me découpent ma culotte et me rase le pubis._ J’aime pas les femmes poilue !Ensuite il me lèche le clitoris pendant que deux hommes, une fois mes seins sortis de leur écrin, tètent avec vigueur._ Non, non, lâchez-moi. Tentais-je de crier mais je suis arrêté par une balle d’étouffement. Pendant qu’ils s’acharnent sur moi, je me force à penser à autre chose pour ne pas être excité. _ Ca te plait, Ma petite salope, de te faire prendre par tant d’hommes. Regarde le jouet que j’ai pour toi !Il me montre un gros gode vibrant et me le met sur le clitoris.Je me cabre au maximum mais les liens m’empêchent tout mouvement.Après quelques minutes, je sens mon vagin humide et la jouissance arriver. _ Ah, ca y est. Tu prends plaisir.Ils arrêtent donc et, chacun leur tour, se mettent derrière moi et me pénètrent par le petit trou pouvant ainsi me tripoter les seins comme ils le désirent et ce, filmés par deux caméras. _ Maintenant tu es à nous sinon les films vont défiler chez tous le monde : famille, travail et tout ce qu’on peut !Après une bonne heure à subir, ils me libèrent en me faisant promettre que je ne dirai rien.Je me rhabille, honteuse, et je les quitte sans rien dire. Rentrer chez moi, je prends une longue douche avant de m’endormir souillée.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.