Période de folie…sexuelle avec des garçons.

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Asian

Période de folie…sexuelle avec des garçons.Après cette première sodomie par un homme, j’ai gardé l’envie de recommencer mais n’ai pas eu, malgré mon age, l’occasion de me faire sodomiser souvent.Néanmoins, j’ai continué à rechercher des partenaires masculins afin de passer, avec eux, des moments d’excitation intense…j’adorai aller draguer et, entre le moment ou la rencontre se faisait et le moment où nous allions pouvoir laisser libre cours à nos envies, j’étais dans un état d’excitation énorme…j’imaginai ce qui allait se passer cependant qu’en voiture, nous nous suivions vers un coin tranquille et dieu sait qu’il y avait d’énormes possibilités de s’isoler dans la nature…la région accueillante (dans le sud de la France) permettait, même en hiver, de s’ébattre en plein air sans crainte d’avoir froid. Une fois l’endroit qui nous paraissait idéal trouvé, nous nous retrouvions, couchés sur une couverture disposée au sol, et, après de nombreux baisers sur la bouche et de folles caresses, petit à petit, nous nous dénudions afin de permettre à chacun de nous de profite, selon ses envies, du corps de l’autre. Nos bouches couraient de nos pointes de seins à nos sexes, léchant, suçant, mordillant. J’adorais me faire sucer les seins et sentir les dents de mon partenaire me mordiller doucement partout. J’aimais me laisser faire, j’acceptais presque tout de mes amants ayant une préférence pour les fellations. C’est un de mes plus grand plaisir : sucer…j’aime prendre la queue d’un homme dans ma bouche, poser mes lèvres sur son gland et tout doucement l’avaler profondément. J’adore cette sensation, j’ai un plaisir fou à “donner du plaisir” à un mâle avec ma bouche…et à cette époque, j’avalais souvent le sperme de mon partenaire (le sida n’ayant, fort heureusement, pas encore fait son apparition). J’ai donc bien profité des différentes queues que j’ai eu le bonheur de prendre dans ma bouche et j’ai, moi même, eu beaucoup de plaisir à me faire sucer? J’adorais que mon amant d’un soir me tienne par les couilles, me les serre, les torde, ça me procurait un plaisir fou. Je canlı bahis me sentais “femelle” lorsque celui-ci me serrait très fort et tirait sur mes testicules, ce qui, parfois me faisait mal, mais j’aimais quand même qu’il continue à me les serrer fort.Souvent, nos jeux durait tout au plus une heure, parfois moins, et lorsque mon partenaire, satisfait de nos jeux, s’éloignait, il m’arrivait parfois de retourner “à la chasse” ayant encore (et d’ailleurs souvent) envie de plus…J’ai plus de plaisir à faire jouir mes amants qu’à jouir moi-même. Je suis très cérébral et ces jeux libertins voire vicieux m’excitent toujours beaucoup et avant que je ne sois rassasié de sexe, il m’en fallait parfois plusieurs dans la soirée, après quoi, je rentrais au domicile conjugal, satisfait, repu, avec le souvenir des moments passés avec un mâle. A cette époque, mon épouse avait un amant qui la rejoignait souvent lorsque j’étais absent et je m’arrangeais toujours pour qu’elle sache que je ne serai pas là avant telle ou telle heure, ce qui lui permettait de recevoir son amant pendant que moi, qu’elle pensait retenu dans mon job (elle ne savait pas ce que je faisais exactement) je pouvais alors, sans crainte, rencontrer des mâles et sucer, sucer, sucer…Durant une dizaine d’années, j’ai rencontré pas mal de garçons différents, parfois aussi, je retrouvais un mâle connu…ce qui facilitait grandement les jeux, chacun connaissant les envies et les goûts sexuels de l’autre…Durant ces dix années, je n’ai été baisé que quelques rares fois, mais toujours avec grand plaisir, même si, pratiquant peu, je souffrais parfois de la pénétration de mon amant, lequel, pour sa part, trouvait grand plaisir à me baiser, mon anus étant relativement serré et lui procurant des sensations agréables, c’est du moins ce que m’ont dit les hommes qui m’ont baisé.Puis, ayant quitté la région, j’ai découvert d’autres mâles dans un secteur géographique moins “chaud” sur le plan météo et, en dehors des périodes d’été, il était impensable de baiser dehors, les voitures servant alors de baisodrome, ou mes partenaires bahis siteleri pouvant m’accueillir chez eux, ce que je ne pouvais faire là où je résidais…Durant deux années, j’ai, là aussi, sucé de nombreuses bites et ne me suis fait enculer que deux fois…hélas !Puis, à nouveau, j’ai déménage pour remonter, encore, un peu plus vers le nord, vers le froid, mais plus je montais et plus les hommes me semblaient chauds. Après quelques moi dans cette région, j’ai rejoint la capitale et ai poursuivi ma quête de bites, allant fréquemment draguer à Paris ou recevant chez moi, de jeunes mâles. Je n’avais alors aucune difficulté à recevoir des partenaires, vivant alors seul dans une maison sympa…maison dans laquelle je pouvais, tout à loisir, donner libre cours à mes envies, mes fantasmes et délires sexuels. Je rencontrais d’ailleurs très souvent, un jeune mâle d’environ 25 ans (j’en avais alors 40) jeune mâle très très bien monté, actif et qui passait la nuit chez moi. Nous passions la soirée totalement nus, et de son arrivée jusqu’au moment de dîner, nous nous branlions, nous suçant sans aller jusqu’à l’éjaculation, juste s’exciter avant d’aller au lit, ceci afin d’être au top le moment venu. Après avoir pris l’apéritif, puis dîné, nous nous retrouvions très vite dans la chambre, où, là, je le suçais longuement cependant qu’il me doigtait l’anus afin de me préparer à me faire baiser. Il avait une queue de belle taille et j’avoue que, pour lui faire plaisir, j’acceptais qu’il m’encule mais après m’avoir bien dilaté…J’éprouvais une folle excitation cependant qu’il me fouillait l’anus de ses doigts, je le suçais avec passion, adorant sentir cette énorme bite dans ma bouche. Puis, après l’avoir longuement sucé et lui avoir léché les couilles, l’anus et parfois même pris ses couilles dans ma bouche où je les malaxais avec ma langue, il m’invitait à me positionner devant lui, à quatre pattes, pour me prendre comme une vraie salope que j’étais à ce moment là. Malgré la douleur de la pénétration, j’adorais le sentir placer son gland contre mon sphincter, et, petit à petit, i bahis şirketleri me forçait en me parlant parfois de façon très crue ce qui ajoutait à mon excitation…”tu aimes ça, salope, tu aimes te faire enculer…allez, ouvre bien ton cul”…et je lui répondais, soumis, “oui, chéri, j’aime me faire prendre, me faire baiser mais surtout par ta grosse queue,” il m’empalait alors et petit à petit, mes fesses engloutissait son énorme queue et je sentais ses couilles s’écraser contre mon cul; “oh oui, c’est bon, mon amour, baise moi bien, défonce moi, je t’aime !” Oui, j’étais, dans ces moments là, totalement amoureux de celui qui me possédait. (je suis d’ailleurs toujours “amoureux” des mâles lorsqu’ils me baisent, encore aujourd’hui, je ressens cela lorsqu’il m’arrive de me faire baiser et lorsque je suce…j’aime mon amant). Il me possédait alors totalement, s’accrochant à mes hanches et me pistonnant littéralement le cul. Ses coups de boutoir me rendaient fou de désir et il savait me parler dans ces moments là “Tu as un cul fait pour la bite” me disait il, “tu devrais vraiment l’offrir à d’autres mâles et profiter de la vie, crois moi”…Il me proposait parfois d’amener, à l’occasion, un copain à lui, afin disait il ” de te partouzer une nuit entière”. Ces propos m’excitaient et je lui répondais souvent ” Ouiiiii, je veux bien qu’on essaye une fois de le faire avec ton ami” mais quand la nuit était passée, on n’en reparlait pas. Pourtant, petit à petit, l’idée faisait son chemin dans ma tête et plus sûrement encore dans la sienne, et évidemment un jour, nous avons franchi le pas, mais c’est une autre histoire que je vous raconterai plus tard. Nos nuits nous permettaient de baiser, parfois plusieurs fois et très souvent, au matin, j’avais l’anus en feu, douloureux et, malgré tout le plaisir que j’avais eu, j’en arrivais parfois à regretter de me laisser ainsi défoncer autant. Pourtant, inévitablement, nous nous retrouvions fréquemment, il savait qu’il pouvait, quand il en avait envie, quand il le voulait, me rejoindre pour prendre son pied avec moi, ma bouche, mes mains, mes fesses lui étant totalement acquises et ma disponibilité totale pour lui. J’ai donc, durant des mois et même plusieurs années été à sa disposition tant il est vrai que j’étais accro à sa bite et à ses 25 ans…

Ben Esra telefonda seni boşaltmamı ister misin?
Telefon Numaram: 00237 8000 92 32

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak.